FOOT / LIGUE DES CHAMPIONS : Voici les affiches d’ouverture des huitièmes de finale

Les affiches des huitièmes de finale de la Ligue des Champions 2020

Ce soir à partir de 21h, la coupe aux grandes oreilles fait son grand retour avec des affiches très alléchantes. Primo, le PSG se déplacera au Signal Iduka Park pour y défier le Borussia Dortmund. Ce qui doit faire sensation, c’est l’impressionnante composition de l’attaque des deux côtés. Avec Jason Sancho et Erling Haland du côté allemand puis Neymar et Mbappé du côté français, il faut s’attendre à vivre un match plein de suspens.  D’aucuns l’ont d’ailleurs surnommé le »Baby-duel du foot », en raison de Kylian Mbappé ( 21 ans ) et Erling Håland – Jason Sancho ( 19 ans les deux ).  Secundo, les Colcheneros de Diego Simeone reçoivent le tenant du titre, Liverpool, pour une opposition de style très différente. Face au piège de l’absence des blessés Félix et Trippier du côté madrilène, Mané et ses acolytes auront sans doute à mouiller le maillot.

Par David KPODAHO

FORMATION EN ART ORATOIRE, PÂTISSERIE ET VIENNOISERIE À LA FLLAC : Le Bureau de Fandohan tamponne plus de 300 étudiants

Les membres du Bureau d’Union d’Entité de la Faculté des Lettres, Langues et Arts de la Communication

En bons ministres, Kéneth Fandohan et ses pairs n’ont pas manqué de faire parler d’eux pour une énième fois. Pour le compte des étudiants de leur faculté, il a véritablement été tenu la formation en art oratoire et leadership, ainsi que celle pratique en pâtisserie et viennoiserie. C’est donc arrivés en fin de ces différentes formations que les étudiants concernés ont reçu Jeudi passé, leurs attestations de formation.

Par Raïssa HOUNGUE et_Sordik ATCHADE

Les récipiendaires et les participants

Initialement prévue pour se dérouler à 09h dans l’amphithéâtre Etisalat, c’est finalement autour de 10h dans l’amphithéâtre Idriss Deby que va se tenir la cérémonie de remise d’attestations. Devant autorités estudiantines à divers niveaux, les étudiants ayant participé à l’une ou l’autre des formations en art oratoire et leadership ou en pâtisserie et viennoiserie avaient enfin obtenu leurs parchemins. Outre donc leurs études, ces derniers sont désormais habilités à se débrouiller. Mais dans ce même champ de vision, une mission leur est assignée. Cette mission selon l’esprit de l’équipe de Kéneth Fandohan, président du BUE-Fllac, est de porter haut l’image de cette faculté, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’uac. Par la même occasion, il a profité pour dérouler les activités déjà menées par son bureau au titre du premier trimestre de leur mandat. Entre autre, ce bilan impressionnant est composé de l’autorisation, de l’autonomisation et du financement des Collectifs de Responsables d’Amphithéâtres ( CRA), de la mise en œuvre du projet dénommé « Pas d’enseignant corrompu sans étudiants corrupteurs », de la distribution de 200 tickets bus tous les derniers Vendredis de chaque mois aux étudiants de la Fllac, pour ne citer que ceux là. Outre ce bilan, il n’ a surtout pas manqué de dévoiler quelques points du contenu de leurs projets pour le compte de leur deuxième semestre. Il s’agit du projet « Je parraine un étudiant de la Fllac » visant à sponsoriser les documents de cours dans les amphis de la Fllac, la formation en informatique, la célébration à caractère exceptionnel de la Journée de l’Étudiant de la Fllac, le Tournoi inter-départemental et bien d’autres.
Par ailleurs, notons que les participants ont eu droit à une communication de la part de l’homme des médias, Steeve Facia. Pour bonus, conformément à son désir, il se porta garant à assurer la formation de six étudiants volontaires. Devant l’auditoire, il s’autoproclame parrain des manifestés et promet par l’occasion de faire d’eux, de brillants animateurs. Prises de photos de famille, accolades entre participants, retrouvailles et autres étaient les moments forts ayant mis un terme à la cérémonie. Pour nombre d’étudiants, l’ardent souhait n’est-il pas que de ces genres d’initiatives soient entreprises à leur profit dans leurs entités respectives ?

RENOUVELLEMENT DU BUE-ÉNAM : Sarah Saizonou et compagnie intronisés demain

  Depuis le 1er Février 2020, les nouveaux membres du Bureau d’Union d’Entité de l’École Nationale d’Administration et de Magistrature ont définitivement été connus. À l’issue de l’expression des votes, la liste Nouvelle Impact présidée par Sarah Saizonou est celle retenue par les futurs administrateurs pour remplacer le BUE sortant. À cet effet, c’est la date du mercredi 12 février qui a été choisie pour commémorer l’installation de ce  nouveau bue de l’énam. Ladite cérémonie aura  lieu dans l’amphi Jean-Julien Codjovi à partir de 14 h. Cette journée de demain consacrera alors avec une plus grande flamme, l’entrée effective en fonction du nouveau bureau d’union d’entité élu par les élèves-administrateurs.  Dans l’espoir que le nouveau bureau poursuivra les actions de l’ancien dans l’intérêt des étudiants, il importe de lui souhaiter une bonne chance pour sa mandature.

Par  Raïssa HOUNGUE

UAC/ÉNAM : Départ  des élèves de la AG2 vers  leurs différentes spécialités

C’est désormais effectif  ! Les étudiants en deuxième année d’Administration Générale ont enfin  rejoint leurs différentes spécialités. Qu’il s’agisse de L’Administration du Travail et de la Sécurité Sociale ( ATSS) , de l’Administration Générale et Territoriale ( AGT) ou encore de la Diplomatie et Relations internationales ( DRI) , ils ont tous été programmés pour cette semaine. Pendant que certains sont fixés pour la matinée, d’autres ont été reportés pour l’après-midi ou encore demain. C’est du moins ce que l’on peut retenir de la programmation faite par le Service des Affaires Pédagogiques et communiquée par les responsables d’amphis. Considérant que le choix opéré par chacun ait été bien réfléchi, une excellente série de cours est le meilleur des souhaits qui peut leur être adressé pour le moment.

Par Steeve AVOGBANANON

SOCIÉTÉ : Le mariage forcé, un cauchemar social perdurant

Le mariage forcé est l’un de ces faits sociaux qui semble être révolu de nos jours. Malheureusement, force est de constater qu’elle se perpétue dans certaines régions du monde et de l’Afrique plus précisément. Plusieurs sont les raisons qui poussent certaines familles à donner leur(s) enfant(s) en mariage à un bas âge, et ceci sans leur consentement. Cette pratique ne manque de laisser de nombreuses répercussions à long terme sur ces enfants.

Par Perpétue HOLOGAN

Le mariage forcé est une pratique qui consiste à marier une personne contre sa volonté. Il est constaté au sein des familles qui ne respectent pas, voire ne se soucient pas du consentement de leur enfant. C’est un mariage arrangé où la famille impose le mariage à un ou plusieurs de ses enfants. Ce type de mariage touche principalement les filles et dans une moindre mesure les garçons. Ainsi, chaque année, plus de 12 millions de filles sont mariées de force avant l’âge de 18 ans. Ces filles voient alors leur droit à l’enfance volé et leurs perspectives d’avenir et d’évolution limitées. C’est un genre de mariage qui maintient les jeunes filles dans des conditions de pauvreté et d’impuissance de génération en génération.

Plusieurs sont en effet les raisons qui poussent certains parents à donner leur enfant en mariage à un bas âge et ceci sans leur consentement. D’entrée, il faut évoquer la pauvreté. Elle constitue l’un des principaux facteurs qui pousse des géniteurs à donner leurs filles en mariage, ipso facto que l’idée est qu’il y ait une bouche en moins à nourrir. À bout de misère et de vaines peines, ils emploient cette voie pour se faciliter les choses. Hormis ce facteur, il faut pas perdre de vue certaines de ces pratiques traditionnelles qui obligent les familles à s’adonner à la chose. L’absence de certificat de naissance et les situations d’urgence sont également autant de raisons qui les pousse vers cette porte. Néanmoins, suite à l’adoption de la loi du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants, le mariage forcé est pris en compte par certaines dispositions juridiques en tant que circonstance aggravante en cas de violences, de meurtre, de torture ou d’actes de barbarie. Et pourtant, cette pratique se perpétue et ne manque pas d’impacter négativement ces enfants qui sont donnés par contrainte en mariage.


En effet, dans un mariage arrangé, il est normal que l’homme se meut en chef autoritaire de la famille et de ce fait, la femme n’a que rarement le droit de donner d’avis ou d’ordre. Elle subit dans ces conditions les insultes ainsi que les violences conjugales telles que les coups, la maltraitance, les privations et bien d’autres choses. Elle est enquestrée, séquestrée et du coup déscolarisée (dans certains cas). La victime subit des dépressions nerveuses et quand il s’agit de rapports sexuels, cette dernière n’est pas consentante. On parlera alors de viol conjugal, ce qui peut avoir pour conséquence des grossesses non désirées, la perte de l’autonomie et de liberté par la femme. Toutes ces survenances perpétuent le statut inférieur de la femme.

Au vu de toutes ces conséquences négatives du mariage forcé, il urge de mener des démarches pour véritablement et définitivement l’abolir de toutes les familles.

BÉNIN | Visite de travail d’une délégation de l’APF : « Le Bénin est un temple de la démocratie dans la sous-région », Amadou Soumahoro.

L’ Assemblée Parlementaire de la Francophonie ( APF ) conduite par son président Amadou Soumahoro a été en visite de travail au Bénin, à compter du week-end dernier à hier. Cette visite de travail de l’APF a été un tremplin pour Amadou Soumahoro également président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, d’ encenser la démocratie béninoise.

Par William DJEDJI

Une forte délégation de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) a foulé le sol béninois tardivement le week-end passé. Cette visite s’inscrit dans le cadre de leur volonté de s’appréhender de la situation politique ayant prévalue dans le courant des élections législatives du 28 Avril 2019 au Bénin, en marge des infos relayées par les journaux nationaux et internationaux ainsi que les réseaux sociaux. Devant le bureau de l’Assemblée Nationale, Amadou Soumahoro en présence de la délégation qu’il conduit, lâche son admiration de la démocratie béninoise.

« Le Bénin est un temple de la démocratie dans la sous-région. Le Bénin est un modèle consacré. Personne ne peut lui expliquer ce que c’est que la démocratie plurielle. Ce n’est pas au Bénin qu’on va apprendre la démocratie »,

a t-il laissé entendre. Pour sa part, Louis Vlavonou, Président de l’Assemblée Nationale du Bénin, remercie cette délégation avant d’opiner sur la visite.

« Je constate que c’est une rencontre de la famille francophone, une rencontre qui permettra de comprendre ce qui s’est réellement passé sur le terrain en dehors des journaux nationaux, internationaux et des réseaux sociaux. Vous constaterez que les évènements qui ont précédé ou succédé les dernières élections législatives sont conjugués au passé et que beaucoup d’initiatives ont été prises depuis lors pour la cohésion sociale et l’apaisement politique. Vous constaterez que le Bénin a toujours gardé son hospitalité légendaire et notre souhait est qu’à la fin de la mission, vous restez encore quelques jours pour vous en rendre compte. »

Hormis les échanges avec le bureau de l’Assemblée Nationale, la délégation a également échangé avec les présidents des groupes parlementaires UP et BR, ainsi que la Commission des lois.

Il faut noter que la délégation de l’APF ne s’est pas contentée que du palais des gouverneurs. Elle s’est également dirigée au palais de la Marina hier mardi 4 février 2020, pour s’acquérir de la version du père de la nation. Reçue à ce sujet donc en audience par le chef de l’Etat Patrice Talon, elle a encore rappelé par la bouche de son président Amadou Soumahoro, l’objectif de sa visite. Ce n’est qu’après cela que le locataire de la Marina leur a présenté les circonstances qui ont engendré la crise, tout en mettant un accent particulier sur le dialogue politique qui a été organisé, dans l’objectif de mettre fin à cette crise. Après les explications du chef de l’Etat, les hôtes ont de nouveau salué la vitalité de la démocratie béninoise. Dès lors, selon Amadou Soumahoro, cette audience a permis à l’APF d’avoir une idée claire de la situation politique au Bénin. Par ailleurs, avant de repartir dans la soirée d’hier, la délégation a rencontré notamment le représentant résident de la Cedeao et le coordonnateur résident du système des Nations Unies.

MERCATO : Seidou Guéro Baraze dans un nouveau club

( Un paradigme de l’ascension fulgurante des héros nationaux béninois )

C’est à travers l’annonce faite le Vendredi 31 Janvier par ses anciens dirigeants du Moulins Yzeure Foot, que l’international béninois Seidou Guéro Barazé évoluant au poste de défenseur s’est offert le bol de regagner un nouveau club. À l’évidence, il faut dire que la saison de l’international béninois n’aboutira pas avec ce club national 2 français Moulins. Ceci étant, notons qu’il poursuivra désormais sa carrière footballistique sous le maillot de Sporting club Schiltigheim , une autre équipe nationale 2 française. Considéré comme l’un des meilleurs défenseurs à l’échelle locale, l’international béninois ayant révélé sa formidable qualité technique et sa performance à la communauté africaine en particulier et à celle internationale en général lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN), sera donc amené à mettre ce volume de jeu particulier et considérable au service de son nouveau champ de bataille footballistique dirigé par Stéphane Crucet, afin que son arrivée soit de bon augure pour le club.

Par Prudence KOUCHADE

BÉNIN/POLITIQUE :  Départ d’un membre FCBE pour le Bloc Républicain

Le parti politique Fcbe de l’ancien président de la République Boni Yayi, perd l’une de ses forces au profit de la mouvance. Jacques Dagoué, maire de la commune de Glazoué puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’est plus des Fcbe. En effet, c’est au cours d’une rencontre politique du samedi 1er Février qu’il a achevé le processus de son adhésion au Bloc Républicain dirigé par le ministre Abdoulaye Bio Tchané. Cette démission à la veille des élections communales pourrait fragiliser le parti des « cauris » dans cette localité du pays.

Par William DJEDJI

CÉRÉMONIE OFFICIELLE DE SORTIE DES FINISSANTS À L’ÉPAC : Plus de 370 polytechniciens mis sur le marché de l’emploi

L’amphi Idriss Déby a servi de cadre dans la matinée du vendredi 31 janvier, à la cérémonie de sortie des élèves polytechniciens en fin de formation, couplée avec la remise de parchemins leur ouvrant ainsi la voie de l’insertion dans le monde professionnel.Par Ariane DJOSSA et Denise GBEKEPar cette cérémonie grandeur nature, l’école polytechnique d’abomey-calavi vient une fois encore de sacrifier à la tradition. De la licence en secteur biologique au master en biologie passant par la licence et l’ingénierie en secteur industriel, aucun étudiant finissant n’a été laissé de côté pour la dixième édition de cet événement instauré depuis 2010. Dans son discours d’ouverture, la Présidente du comité d’organisation, Faïzath Zoumarou, a attiré l’attention des lauréats sur l’enjeu qui les attend, et ce par le fait que la prise des diplômes est une chose et l’insertion dans la vie professionnelle en est une autre. « Chaque fin est le début d’un nouveau départ », avait-elle laissé entendre. Le professeur Guy Alain Alitonou, Directeur de l’Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi présent à cette cérémonie a pour sa part témoigner son soutien à l’endroit des étudiants polytechniciens. « J’affirme l’engagement de mon administration et de tous les enseignants de l’école polytechnique d’Abomey-Calavi, de continuer à accompagner les jeunes à travers de bonnes formations pour leur permettre d’être plus compétitifs ». Il a continué en invitant les lauréats « à porter plus haut le flambeau de l’école polytechnique d’Abomey-Calavi » et a également souhaité que « cette journée leur ouvre la porte de l’emploi ou à l’auto-emploi, afin que leur insertion professionnelle soit une réalité ». L’un des finissants en licence de l’aménagement et protection de l’environnement, Stéphane Boco interrogé à la fin de l’événement, affirme que « c’est maintenant que tout le travail commence » . On constate clairement qu’à travers leur visages joyeux mais fermes et sereins, ces étudiants pensent s’insérer dans la vie professionnelle en se mouvant, en cherchant dans tous les sens ou mieux, en entreprenant. Les manifestations de cet événement ont pris fin dans la soirée de ce dernier jour du mois, à la faveur d’un dîner de gala organisé à l’intention de tous les polytechniciens, mais des finissants par surcroît.

DBSU / DEMANDE EN LIGNE D’ALLOCATION : Voici tout le processus d’inscription

La demande en ligne est désormais la nouvelle et première étape dans le processus de demande d’allocations universitaires. La Direction de Bourses et Secours Universitaires, consciente des difficultés que peuvent rencontrer les étudiants à ce sujet, a établi un guide d’utilisation de la plateforme de demande en ligne d’allocations à suivre. Conformément donc à ce guide, les principales étapes se présentent comme suit:-Saisir dans un navigateur web ( Chrome, Firefox, Opéra Mini, Safari, etc. ), le lien : « bourses.enseignementsupérieur.gouv.bj »;
-Cliquer sur le menu « DEMANDE EN LIGNE »;
-Remplir le formulaire convenablement et cliquer sur le bouton « VALIDER » ;
-Compléter vos contacts et vos informations bancaires puis cliquez sur le bouton « VALIDER» ;
-Vérifier vos informations en cliquant à chaque fois sur le bouton « SUIVANT » ;
-Cliquer sur le bouton « VALIDER MA DEMANDE EN LIGNE » ;
-Cliquer sur le bouton « TÉLÉCHARGER LA FICHE DE DEMANDE EN LIGNE » ;
-Enregistrer le fichier sur votre ordinateur ou téléphone pour pouvoir imprimer la fiche de demande d’inscription en ligne.Notons que la plateforme de demande en ligne d’allocation sera rendue fonctionnelle à partir du 03 Février, soit le Lundi prochain.Par Denise GBEKE

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer